ecologie

les OGM ,Organismes génétiquement modifiés

Ecrivez-nous miniter echos logiques retour à l'Accueil miniter echos logiques La METEOminiter echos logiques C'est quoi BIO?miniter echos logiques




ça coûte combien un LOBBY ?

L’inscription courant juillet 2010 du maïs OGM T25 au catalogue officiel français des semences continue de susciter des remous.
Mais le groupe agrochimique Bayer, le seul qui détient des droits sur le T25, a exclu hier de commercialiser ce maïs en Europe.
Pour une bonne raison, explique la firme : c’est un OGM tolérant à un herbicide toxique, le glufosinate, interdit sur le maïs en Europe.
«Pour vendre [le T25], il faudrait avoir l’autorisation d’utiliser le glufosinate d’ammonium sur le maïs, a précisé un cadre de Bayer CropScience.
Et nous n’avons pas déposé de dossier en ce sens.» soleil

le SALVADOR renonce aux ogm
récoltes records !!!

En crise, le système agricole SALVADORIEN était majoritairement dépendant des semences hybrides commercialisées par Monsanto, Pioneer et consort.

Selon le site Natural Society, l’agriculture du Salvador serait en pleine expansion. Le pays aurait connu des récoltes records depuis qu’il a banni certains phytosanitaires.

En septembre 2013, le Salvador votait l’interdiction de 53 produits phytosanitaires à usage agricole. Parmi eux, ce grand pays producteur de café, coton, maïs et canne à sucre retirait du marché le Roundup (glyphosate), désherbant vedette de Monsanto, récemment classé “cancérogène probable” par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Pour protéger le patrimoine semencier salvadorien et assurer la production agricole, le gouvernement de l’ancien président Mauricio Funes lançait en 2011 le Plan pour l’agriculture familiale (FAP). À destination de quelque 400 000 familles d’exploitants, ce plan visait à revaloriser les semences locales et émanciper les petits producteurs des industriels des biotechnologies et de leurs OGM.

En crise, le système agricole était majoritairement dépendant des semences hybrides commercialisées par Monsanto, Pioneer et consort. Avant la mise en œuvre du FAP, 75 % du maïs et 85 % des haricots étaient importés selon le site d’information The Seattle Globalist. Et les plantes cultivées sur le territoire étaient majoritairement issues de graines OGM stériles, non adaptées aux territoires et à leurs particularités, forçant le recours aux intrants chimiques. Réaffirmant sa souveraineté alimentaire, le gouvernement a donc décidé de rompre avec les industries semencières internationales pour favoriser les graines locales.

L’État a alors investit plus de 18 millions de dollars afin de livrer 400 000 exploitants en maïs H-59, développé par le Centre national de la technologie agricole et forestière (CENTA). Le maïs présente l’avantage d’être une variété locale, mieux adaptée aux terres salvadoriennes et plus résistantes à la sécheresse.

Si le Salvador s’est détourné des grands groupes internationaux spécialisés dans les biotechnologies, des questions demeurent quant à la pérennité du Plan agricole du pays. Car le maïs H-59, bien que produit localement, est une variété hybride. Il a beau être mieux adapté au territoire du Salvador et nécessiter l’usage de moins d’intrant, il n’en est pas moins stérile.

soleil
Après la France, la Grèce, l'Autriche, la Hongrie et le Luxembourg, c'est désormais au tour de l'Allemagne de bannir la culture du maïs OGM, au nom du principe de précaution, une décision qui devrait empêcher la Commission européenne d'imposer ce type de culture aux pays de l'Union.
soleil

Monsanto et Pioneer

demandent actuellement à l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA)des USA de requérir, pour certaines cultures de PGM, la mise en place de zones refuges plus petites que celles actuellement exigées.

Les zones refuges sont une partie du champ de culture de PGM qui sera ensemencée de plantes non transgéniques.

L’objectif est que suffisamment d’insectes sensibles aux insecticides soient présents pour se croiser avec des insectes qui auraient survécu aux champs de PGM, et limiter ainsi l’apparition de résistances.

Monsanto a soumis une demande à l’EPA pour que les zones refuges requises avec les cultures [de maïs] SmartStax soit de 5% dans le nord de la Corn Belt et de 20% dans les états du sud où du coton est cultivé ».

Encore un succés... des chrysomèles !!!

Génétiquement modifié pour résister à la chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera virgifera), le maïs Bt y aura été résistant de 1995 (date de sa première autorisation de culture, aux USA) à 2009. Une période durant laquelle la chrysomèle, principal prédateur du maïs, s’est progressivement adaptée à la toxine insecticide produite par une version OGM, spécifiquement créée pour lutter contre ses dégâts. Si en 2009 seuls des cas de résistance ont été signalés dans le nord de l’Iowa, en mars de cette année, une nouvelle étude démontre qu’une majorité des chrysomèles des racines du maïs ont muté pour devenir résistantes à la toxine du maïs transgénique.

MONSANTO , BAYER et leurs amis européens

La Commission européenne a annoncé l'autorisation d'importation de dix nouveaux OGM destinés à l'alimentation humaine et animale. Il s'agit de maïs, de soja, de colza ou encore de coton produits par les sociétés Monsanto ou Bayer. Elle renouvelle par la même occasion sept OGM (deux maïs, un colza, quatre cotons) et autorise deux fleurs coupées transgéniques (œillets).

On compte 58 plantes et/ou aliments OGM autorisés désormais . Les autorisations sont valables pour dix ans .

44 autres produits du même acabit attendent d'être évalués par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa),ou parce qu'ils doivent être soumis au vote des Etats membres.

Le NK 603 à nouveau autorisé

Ces dossiers d'autorisation ou de renouvellement étaient dans les tiroirs de la Commission européenne depuis plusieurs années. Ce qui avait provoqué la colère des fabricants. Les OGM en question ayant fait auparavant l'objet d'une procédure d'autorisation complète, précise la Commission. Les Etats membres, en revanche, n'avaient pas réussi à se mettre d'accord à leur sujet : "aucune majorité qualifiée ne s'étant dégagée pour ou contre les autorisations", rappelle la Commission qui a donc pris une décision favorable .

Parmi les OGM autorisés, le NK 603 ne passe pas inaperçu. Il s'agit de l'OGM mis en cause par le professeur Seralini en septembre 2012. Dans son étude, le professeur révélait la toxicité sur les rats de ce maïs transgénique tolérant au Roundup, l'herbicide le plus vendu au monde, et le Roundup lui-même, tous deux produits par la société américaine Monsanto. Des conclusions invalidées par l'Efsa, qui n'avait pas remis en cause son avis favorable pour l'importation et la culture de cet OGM publié en 2009.

dans quel but ?

Les applications possibles des OGM recouvrent de larges secteurs d’activités :



Au vu de tous ces avantages on peut réver , mais quel est l'envers de la médaille ?