Le Petrole artificiel

Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller




 ecologie

Ecrivez-nous miniter echos logiques retour à l'Accueil miniter echos logiques La METEOminiter echos logiques C'est quoi BIO?miniter echos logiques






Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

« le poison, c’est la dose ».

L’amiral en retraite américain Thad Allen, responsable de la lutte contre la marée noire du golfe du Mexique, prévient :
« Il nous faut tous comprendre que dans l’histoire de ce pays au moins (les Etats-Unis), nous n’avons jamais autant déversé de pétrole dans la mer. Et il faut prendre ça très au sérieux. »

L’impact des dispersants que BP a répandus sur des centaines de kilomètres carrés suscite des craintes.

Ces solvants chimiques ont sans doute joué leur part dans la rapidité surprenante avec laquelle les nappes de brut ont été dispersées. Or les médias présents sur place ignorent encore à quelle quantité de dispersants BP a eu recours.

Le New York Times rapporte que les pêcheurs de Louisiane redoutent les effets des dispersants, « en particulier sur les larves de crevettes et de crabes dont dépend leur prochaine saison de pêche ». Et peut-être qu’on sera aussi fixés un jour sur le sort des espèces marines dépourvues de valeur économique.

alliance européenne pour des véhicules électriques

"Nous ne POURRONS PAS atteindre l'objectif de 95 grammes de CO2 en 2020 sans véhicules électriques fonctionnant avec des batteries ou des piles à combustible",a déclaré un responsable de DAIMLER
C'est pour cette raison que cette firme a décidé d'élargir son partenariat actuel avec Renault et Nissan aux véhicules électriques, en espérant ainsi réduire les coûts par des économies d'échelle.
L'accord signé en avril 2010 entre Daimler et Renault, implique la présence de Mercedes, Nissan, Smart et Infiniti. Parmi les projets évoqués figure la version électrique de la "Smart", dont le lancement pourrait avoir lieu en 2013 et qui se servirait d'une plateforme de type Renault Twingo .

le prix



ils ont sauvé le sushi

qui sauvera les thons?

La conférence du Cites n'interdira pas le commerce du thon rouge comme l'avaient proposé plusieurs pays. Le Japon et de nombreux pays en développement n'ont pas voulu d'une telle mesure. A Doha, au Qatar, la Convention internationale sur le commerce des espèces sauvages menacées a rejeté la proposition de Monaco soutenu par l'Union européenne d'interdire les exportations de thon rouge provenant d'Atlantique Est et de Méditerranée. soutenu ce qui en aurait empêché le commerce international Le Japon s'est toujours déclaré opposé à cette proposition et de nombreux pays en développement , fournisseur du japon ,sont du même avis. Le résultat est un rejet du texte par 68 voix contre 20 et 30 abstentions.

DU VRAI PÉTROLE, NON POLLUANT ET FABRIQUÉ PAR L'HOMME



Les universités d’Alicante et de Valence et Bio Fuel Systems (BFS) , une société espagnole ,à capitaux en grande partie français et dont le siège social est à Alicante , ont mis au point le premier « procédé de conversion énergétique accélérée » qui permet de transformer les rejets excessifs de CO2 en un pétrole de qualité.


Ce système repose sur les effets conjugués de la photosynthèse, de l’énergie lumineuse et des propriétés organiques du phytoplancton, mobilisé comme puissant catalyseur, pour obtenir un carburant comparable au pétrole fossile et offrant les mêmes possibilités de produits dérivés (plastiques, polymères, etc.).

La culture intensive de phytoplancton s'opère dans des photobioréacteurs verticaux à partir de souches sélectionnées pour leur teneur en lipides et cela sans prélèvement sur la biodiversité.

Sur 1 hectare et selon un scénario de rentabilité optimale, une usine-type BFS de dépollution/valorisation est ainsi capable d’absorber 12 000 tonnes de CO2 par an et d’assurer une production continue et annuelle d’environ 5 500 barils de pétrole, voire 0,45 Mégawatts d’électricité (le CO2 capté peut être transformé en électricité grâce à des turbines ou des Moteurs de Combustion Internes). Au cours du processus de transformation, de multiples coproduits et sous-produits à forte valeur ajoutée, tels les acides gras essentiels (type oméga 3 ou 6), peuvent par ailleurs être extraits du gisement de biomasse obtenu, assurant ainsi la rentabilité d’une installation-type.

Pour produire 1 baril de pétrole, BFS absorbe 2.168 kg de CO2 et neutralise définitivement 937 Kg de C02 après combustion. Ainsi, en prenant en compte l'ensemble du cycle de production de l'énergie consommée, à distance parcourue égale (100 km) et à puissance égale (135 chevaux), une voiture fonctionnant avec le pétrole BFS est la seule à avoir un bilan carbone négatif (- 48 kg de CO2), largement devant la voiture roulant grâce au pétrole fossile (+ 19 kg de Co2) ou encore la voiture électrique alimentée à l'énergie nucléaire (+0,3 kg de co2).


De l'amont à l'aval du procédé de conversion, BFS marque une avancée majeure en termes de capacité de dépollution, de rendements à l'hectare et de bilan carbone, dépassant largement les limites environnementales, économiques et sociétales des biocarburants de 1ère et de 2ème génération à base de matières premières agricoles.

Selon la société Bio Fuel Systems, "la production en continu du pétrole BFS à un coût moindre, la qualité du combustible obtenu, son caractère propre, inépuisable et économiquement viable, offrent une véritable réponse à la raréfaction des hydrocarbures ainsi qu’une alternative durable à la dépendance vis à vis des importations de pétrole et de gaz".



L’usine pilote BFS d'Alicante, dont la première phase de construction au pied de la cimenterie Cemex (3ème cimentier mondial) est en cours d'achèvement, est désormais opérationnelle.

Deux autres usines sont déjà signées : sur l'île de Madère au Portugal, et à Venise en Italie.

Ecrivez-nous . S'il y a , à votre connaissance, des évènements, des inventions , des trucs , des savoir-faire , dont il faudrait parler ,dites-nous le : nous ne sommes là que pour ça. . Nous ne relaierons , par contre , jamais , aucune information politique
Pour ajouter ce site dans vos favoris,cliquez sur ce lien
si vous voulez recommander ce site à un ami, cliquez ici


yvan MAKHOUNINE

ne refaisons pas la même erreur!!!

Né en Russie en 1895, Yvan Makhonine, affecté durant la guerre 14/18 à la recherche militaire inventa des armes et des munitions de toutes sortes, ce qui l'enrichit considérablement

Vers 1917, il invente le moyen de produire un carburant synthétique, capable de faire fonctionner, sans modification notoire, tous les types de moteurs à explosion habituellement alimentés à l'essence ou autres carburants.

Contrairement à l'essence, ce carburant ne peut pas s'enflammer à froid, mais seulement à chaud comme notre fuel actuel. Mais il ne peut que difficilement s'enflammer par auto allumage, contrairement à l'essence, il peut donc permettre d'augmenter considérablement le rendement des moteurs à explosion par simple élévation de leur taux de compression.

Ce carburant, un peu plus gras que l'essence, ayant l'aspect du gas-oil, est facilement pulvérisable par les carburateurs des moteurs, à condition de les munir de dispositifs de préchauffage électrique de l'air pour faciliter les départs à froid et d'augmenter l'efficacité du moyen habituel de chauffage du corps de ces carburateurs.

Quelques adaptations du poids des flotteurs et des tailles des gicleurs sont à effectuer en raison de la densité de ce produit, nettement supérieure à l'essence, et voisine de 1. Vers 1918, Monsieur Makhonine, construit une locomotive à propulsion électrique dont les moteurs entraînant les essieux des roues sont alimentés par un générateur d'électricité lui-même entraîné par un moteur à explosion à fort taux de compression. Les wagons de ce train sont également équipés de moteurs électriques.

La source d'énergie utilisée est du naphte, pétrole brut ou à peine raffiné de l'époque, celui ci est mis en ébullition dans une chaudière, et ses vapeurs sont aspirées et traitées par un dispositif qui fait l'objet de l'invention avec une particularité jamais dévoilée par M. Makhonine.

D'après les témoins, il sort de ce dispositif une vapeur qui a l'aspect d'une fumée épaisse, et qui alimente directement le moteur à explosion du générateur électrique.

Si cette "fumée" est envoyée dans un appareil de distillation classique, elle se condense en ce fameux carburant qui peut donc être stocké pour son utilisation ultérieure.

Cette locomotive à propulsion électrique, ultra moderne pour l'époque par rapport aux gourmandes locomotives à vapeur, parcourt la Russie avec ses wagons, jusqu'en 1920 ou 1921.

Début 1922, Monsieur Makhonine, avec sa femme (la cantatrice Nathalie Ermolenko) et sa fortune, arrive en France, décidé à faire cadeau de son invention à l'Etat Français.

Pendant plusieurs années, de démonstrations en expertises, il fait fonctionner, avec son carburant et avec succès, tout ce qui est équipé d'un moteur à explosion, automobiles, camions, bateaux, avions etc.

On pourrait écrire des livres sur ce qui se passa pendant ces années, finalement tout s'arrête vers 1927 ou il se retrouve pratiquement ruiné, après avoir très largement subi le sort de beaucoup d'inventeurs.

Après la guerre de 39/40, avec les problèmes d'énergie et la dépendance qu'ils entraînent, il retrouve l'espoir d'intéresser à nouveau à son invention la France, les politiciens et autres décideurs et détenteurs

de pouvoir de tout poil, ce qui aurait entraîné des conséquences économiques positives incalculables pour notre pays.

On remarque effectivement quelques sursauts d'intérêt au fil des années pour son carburant, années pendant lesquelles il cherche à développer une ou deux autres inventions, notamment l'avion à géométrie variable, idée dont il semble le réel inventeur. Cette invention sur laquelle il s'obstinera à ses frais finira de le ruiner complètement.

Monsieur Ivan Makhonine, ingénieur, inventeur Russe, décède en France en 1973 dans une maison de retraite pour émigrés Russes démunis, sans avoir dévoilé avec précision le secret de son invention, c'est à dire la technologie exacte de l'appareil qui transformait les vapeurs d'hydrocarbure et autres produits carbonés en une "fumée" condensable donnant ce fameux carburant et ceci avec un énorme rendement, ce que nous sommes incapables de réaliser avec notre science actuelle.

En conclusion, Monsieur Makhonine savait tout simplement fabriquer un carburant idéal qui n'était ni de l'essence ni du gas-oil mais un produit intermédiaire.

Il pouvait fabriquer ce carburant à partir des matières premières les plus impropres à cette opération, c'est à dire des goudrons de houille, les plus mauvais charbons, du pétrole brut, des huiles végétales et tous déchets carbonés ou hydrocarbonés.

Ce que nous savons, c'est qu'il préparait le produit de base avec des moyens qui différaient selon ce produit (voir brevet N°622.036), de façon à en extraire une vapeur qu'il faisait passer dans une sorte de gros tube calorifugé extérieurement - dispositif non décrit dans le brevet - dont l'autre extrémité est raccordée soit directement à un moteur, soit à un appareil de distillation classique d'où sort le carburant.

Ce sont évidemment les détails de ce dispositif, absent du brevet, qui nous sont inconnus.

On sait que les rendements de production de ce carburant exceptionnel étaient d'environ 95 % avec les pétroles bruts et les goudrons de houille. Ces résultats n'ont rien de comparables avec ce qu'on obtient en quantité comme en qualité par les méthodes classiques qui nous sont connues.

Nous savons aussi que les moteurs qui brûlaient ce carburant, en plus de leur rendement exceptionnel, ne semblaient pas polluer, ils ne produisaient ni fumée ni l'odeur désagréable habituelle, mais seulement une sorte de gaz chaud avec une légère odeur agréable.

Source : http://quanthomme.free.fr/carburant/Makhonine.htm




L’algue aux multiples avantages

Les chercheurs du Rochester Institute of Technology s'interessent à une algue, qui appartient au genre Scenedesmus et présente un grand nombre d’avantages : elle est peu chère, se multiplie rapidement et ne nécessite pas de sol. En tant qu’organisme unicellulaire photosynthétique, elle ne demande qu’un peu de lumière solaire et de CO2 pour réaliser la réaction de photosynthèse au sein de ses usines subcellulaires (les chloroplastes).

Le glucose qui en découle lui fournit sa nourriture, et elle rejette pour seul déchet de l’oxygène dans l’air. Grâce au savoir-faire des chimistes, les scientifiques ont montré que des molécules d’intérêt (les lipides) peuvent être extraites de l’algue pour produire du biodiesel couleur or.

En plus de la lumière solaire et du CO2 qui sont inépuisables, elle a également besoin d’eau… et là non plus, l’algue n’est vraiment pas difficile, car de l’eau usée en provenance d’un centre de traitement lui suffit amplement. Et ce n’est pas tout : les Scenedesmus sont capables de dépolluer l'eau. L'idée d'utiliser des algues pour recycler des eaux usées tout en produisant n'est pas nouvelle. Au Danemark, on envisage la culture de la laitue de mer (l'ulve, Ulva lactuca) grâce aux déchets agricoles. Les Scenedesmus, elles, outre qu'elles prennent moins de place, semblent d'efficaces dépollueuses. Elles vont jusqu’à nettoyer l'eau de 99 % de son ammoniaque et de son phosphate, et de 88 % de son nitrate. De plus, ces algues réduisent très fortement la concentration en bactéries potentiellement pathogènes.

Cette solution miracle à base d'algues superpropre est-elle vraiment réaliste ? Les chercheurs n’en doutent apparemment pas. Ils ont maintenant l’intention de construire des conteneurs de plus en plus grands, dont une serre mobile capable de contenir 3.000 litres de culture d’algue. Selon eux, et grâce à l’industrie Northern Biodiesel qui s’occupera de convertir les lipides en biocarburant, « ce biodiesel pourrait compenser 50 % de notre utilisation de carburant pour les équipements qui consomment du diesel ».

source : futura science

quelques liens



Portail de la Biodiversité
Portail du Changement Climatique
Governing Council Side Event - Energy and cities: sustainable building and construction
India Solar Loan Programme
ActionOzone
Sustainable Energy Finance Directory
UNEP Finance Initiative on Renewable Energy (UNEP FI)