ecologie

Ecrivez-nous miniter echos logiques retour à l'Accueil miniter echos logiques La METEOminiter echos logiques C'est quoi BIO?miniter echos logiques


le RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE



nous avons changé le futur , souvenons-nous bien

Et ne nous berçons pas d’illusions.
le temps se gâte


bonhomme echos logiques Le premier rapport exclusivement consacré à l’impact humain mondial du changement climatique jamais publié évalue à plus de 300 millions le nombre d’individus gravement touchés par le changement climatique pour un coût économique total de 125 milliards de dollars par an.

Le rapport prévoit que d’ici 2030, les décès dans le monde auront quasiment atteint le chiffre de 500 000 par an ; on s’attend à ce que le nombre d’individus touchés annuellement par le changement climatique dépasse les 600 millions et à ce que le coût économique annuel total augmente pour atteindre environ 300 milliards de dollars.

il convient d’augmenter les efforts d’adaptation au changement climatique d’un facteur de 100 dans les pays en voie de développement où vivent 99 % des victimes du changement climatique.

Neuf scientifiques du climat sur dix ne croient pas que les efforts visant à limiter à 2°C le réchauffement de la planète seront couronnés de succès . Pour ces scientifiques, une hausse moyenne de la température à la surface du globe de 4 à 5 degrés est plus probable selon une enquête réalisée par le GUARDIAN.
"60% des experts interrogés ont estimé qu’ il serait encore techniquement possible d’atteindre un objectif s'en rapprochant mais sont dubitatifs sur les efforts financiers nécessaires.
La température moyenne a déjà augmenté d’environ 0,77°C, et une élévation de 0,5°C au minimum est inévitable dans les dix prochaines années, compte tenu du passif des émissions de gaz à effet de serre qui ont déjà eu lieu. Mais 39% ont déclaré que la cible des 2°C était une utopie politique.

Le réchauffement climatique est défini comme l'élévation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû ,en grande partie, aux gaz à effet de serre rejetés par les activités humaines (industrie, transport, agriculture, ...) et piégés dans l'atmosphère . Au cours du XXème siècle, la température a augmenté de 0,6°C en moyenne. Le réchauffement moyen pourrait atteindre de 1,4°C à 5,8°C d'ici la fin du XXIème siècle.


Le climat terrestre a toujours connu des cycles climatiques de réchauffement et de refroidissement, pouvant s’étendre sur plusieurs milliers ou millions d’années. Durant ces 800 000 dernières années, plusieurs cycles se sont succédés : la Terre a connu un réchauffement brutal suivi d’une période chaude, appelée « période interglaciaire ». Elle-même suivie par un refroidissement progressif qui a favorisé l’installation d’une ère glaciaire. Un autre réchauffement brutal vient alors annoncer un nouveau cycle. Nous nous trouvons actuellement dans une période interglaciaire.

. Mais depuis une trentaine d’années, une élévation de la température moyenne de la planète est observée, estimée aujourd’hui à 0,7°C environ, ce calcul faisant débat au sein de la communauté scientifique

Selon le GIEC (1995), le changement climatique s'accompagne :
- d'une perturbation du cycle de l'eau,
- d’une augmentation de la fréquence et de l'intensité des catastrophes naturelles (sécheresses, inondations, tempêtes, cyclones),
- d’une disparition de certains espaces côtiers, en particulier les deltas, les mangroves, les récifs coralliens, des plages etc.
- d’une diminution de 17,5 % de la superficie émergée du Bangladesh, de 1 % de celle de l'Egypte,
- favoriserait la recrudescence de maladies infectieuses comme la salmonellose ou le choléra,
- accélérerait la baisse de la biodiversité : disparition d'espèces animales ou végétales,


Pour la France, les simulations réalisées par les experts de Météo France suggèrent que le changement climatique :
- réduirait le caractère tempéré du climat avec un réchauffement moyen de l'ordre de 2° C,
- modifierait le régime des précipitations : augmentation de 20 % en hiver, diminution de 15 % l'été,
- pourrait entraîner la disparition d'entre un tiers et la moitié de la masse des glaciers alpins au cours des cent prochaines années,
- pourrait entraîner une réduction sensible du manteau neigeux dans les Alpes et les Pyrénées,
- pourrait entraîner un affaiblissement du Gulf Stream, avec comme conséquence un refroidissement sensible de notre façade océanique (- 4° C), ramenant les températures moyennes en France au niveau de celles atteintes lors de la dernière glaciation.

Ce n'est plus de réchauffement climatique que l'on doit parler en Haut Arctique, mais de véritable vague de chaleur. L'été dernier, les conditions ont été à ce point extrêmes qu'elles ont stupéfié les chercheurs.

Le Dr Scott Lamoureux, à la tête d'une expédition conduite dans le cadre de l'Année Polaire Internationale, a déclaré que les modifications observées dans le Nunavut étaient extêmement rapides. "Nous avions bien prévu tous ces changements pour le futur, mais les voir se produire maintenant est tout à fait remarquable", annonce-t-il.

Selon des chercheurs du bureau météorologique britannique de Hadley. le réchauffement climatique, dont les effets ont été compensés ces deux dernières années par des phénomènes naturels, se fait sérieusement sentir depuis 2009 avec des températures record.

D'aprés leurs simulations informatiques , 2014 devrait afficher une température moyenne supérieure de 0,3 degrés par rapport à 2004. Le réchauffement se fera le plus sentir après 2009, puisque après cette date, au moins la moitié des années seront plus chaudes que les records annuels de chaleur actuellement enregistrés

Ils ont conclu qu'à court terme le refroidissement dans une partie du Pacifique et la résistance au réchauffement de l'océan Arctique, compensaient la hausse des températures provoquée par les gaz à effet de serre. Mais cet effet compensateur sera seulement passager et les météorologistes prédisent que sur la période 2009-2014, les températures éclipseront le record de 1998, jusque-là l'année la plus chaude, avec une moyenne mondiale de 14,54 degrés.

Une récente étude réalisée par Dan Nguyen, doctorant au Département de sciences biologiques de l’université de Roxane Maranger, affirme que l’Arctique absorbe désormais moins de CO2. Cette nouvelle donne peut mettre en cause tous les précédents modèles du réchauffement climatique où les présentations du cycle de carbone et du gaz carbonique ont sous-estimé le rôle des bactéries présentes dans les glaces de la mer. Croyant que le CO2 provenait de l’eau sous la glace, l’étude a permis de mettre fin à cette petite confusion en soulignant l’énorme contribution de la respiration bactérienne dans ce phénomène. Si on a dressé le bilan global d’émission de CO2, on a pu constater d’un coté que les microorganismes présents dans la glace emmagasinent plus de CO2 qu’ils en émettent et de l’autre coté une situation inverse pour ce qui concerne les eaux de surface. Il est à préciser que l’émission est plus grande que la captation dans cet environnement et que la différence est très importante.

OBAMA lance la guerre écologique

Dans un discours dans l'Iowa (centre), M. Obama s'est livré à un ardent plaidoyer pour une nouvelle économie entraînée par l'énergie éolienne et les énergies propres, et a déclaré que les jours étaient révolus où les Etats-Unis traînaient les pieds dans la lutte contre le changement climatique.

"La vérité, c'est que les Etats-Unis ont été longs à participer avec d'autres pays à ce genre de processus. Mais ces jours sont désormais révolus. Nous sommes prêts à coopérer avec les autres. Et nous demandons à d'autres pays de se joindre à nous pour traiter ce problème ensemble", a-t-il dit, en réaffirmant sa volonté de voir la part des Etats-Unis dans la pollution par les gaz carboniques diminuer de 80% d'ici à 2050.

J'espère que lui , au moins , y croit

Questions sur le Changement Climatique:
1Le climat a-t-il changé au cours du 20ème siècle ?
2Pourquoi ce changement climatique ?
3Quels changements climatiques prévoit-on à l'avenir ?
4Quelles sont les conséquences probables du changement climatique ?
5En quoi le changement climatique pourrait-il nous toucher ?
6Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre ?
7Y a-t-il un lien avec les récents phénomènes météorologiques extrêmes ?
8Quel est l'impact relatif de la vapeur d'eau ?
9Les écosystèmes peuvent-ils s'adapter au changement climatique ?
10Quelles sont les certitudes et incertitudes sur le changement climatique ?
11Conclusion
12Autres points de vue
Proposé par GreenFacts